Société de l'eau souterraine de l'Abitibi-Témiscamingue


Démarche ACCORD

La démarche d’Action concertée de coopération régionale de développement (ACCORD) vise à construire un système régional compétitif sur les plans nord-américain et mondial par l’identification et le développement de créneaux d’excellence. La première étape pour la région de l’Abitibi-Témiscamingue fut l’établissement d’une entente de principe avec le gouvernement du Québec et la Société générale de financement (SGF), sur la sélection de filières industrielles.

Cette entente fut signée en novembre 2002 et avait notamment pour objet d'identifier les créneaux d'excellence pour la région de l'Abitibi-Témiscamingue dont: les Technos-mines souterraines et les Systèmes de construction en bois comme créneaux «leaders», le créneau Agriculture nordique axée sur la production bovine, créneau «en émergence» et enfin le créneau Valorisation des ressources hydriques, créneau «en évaluation». L'inclusion du créneau Valorisation des ressources hydriques dans la catégorie « en évaluation » avait pour objectif d'explorer la mise en place du créneau pour lequel le potentiel de développement n'avait pas encore été établi.

En 2007, le comité régional ACCORD a tracé le portrait du système productif des ressources hydriques du Québec  et lors du Forum régional sur la ressource hydrique, il a mandaté la SESAT pour la mise en œuvre du créneau de valorisation des ressources hydriques (advenant une amorce de l'exercice de planification stratégique). En effet, bien que l’entente fasse référence aux ressources hydriques, il était convenu que cela désignait l’eau souterraine issue des dépôts glaciaires (eskers et moraines).

À ce jour, le créneau des ressources hydriques constitue un domaine de recherche structurée, principalement axé sur le développement de la connaissance, la conservation de la ressource et la protection de l'environnement. Toutefois, l'absence d'une masse critique d'entreprises suffisante et d'un potentiel d'affaires à l'exportation internationale l'empêche de se qualifier à titre de créneau économique. Le comité régional ACCORD n'entamera donc pas de démarche de planification stratégique, à moins que le milieu démontre que ce créneau rencontre l'ensemble des conditions nécessaires à sa reconnaissance. Néanmoins, considérant l'importance des enjeux liés à l'eau souterraine, le comité régional ACCORD est d'avis que le milieu doit continuer de soutenir cette filière à l'extérieur de la démarche ACCORD.